Mon top 15 des blogs camerounais à suivre

Il m’a été posé un nombre incalculable de fois la question de savoir ce qui fait un bon blog. Loin d’être un puriste de la pratique, j’admets que les critères à remplir pour être un blog de qualité évoluent avec le temps. Les outils actuels sont sans commune mesure avec ceux qui prévalaient au moment où je me suis lancé dans l’activité il y a une douzaine d’années. Les enjeux ont aussi changé et la perception même que la société camerounaise a du blogueur a énormément progressé.

Mais s’il fallait répondre, je dirais que quelle que soit la thématique choisie, un bon blog est pour moi celui qui est traité avec soin d’un côté et qui de l’autre sait toucher au coeur.  Pour moi, le seul critère objectif serait qu’il fasse l’objet d’une qualité d’écriture irréprochable. Dans cet article, je présente une sélection de blogs et de blogueurs camerounais, certains connus et d’autres plus anonymes, qui réussissent à mettre beauté, esthétisme et émotion dans leurs productions. Chacun d’eux a un petit quelque chose qui lui est propre et qui suscite mon admiration.

Voici, dans l’ordre alphabétique, 15 blogs camerounais que j’aime.


Ad Wondje

Alain Didier Wondje, Douala

C’est un érudit. Je pourrais tout à fait m’arrêter là, à cet unique mot : érudit. Mais par mesure d’équité avec les autres blogueurs présents dans cet article, je vais ajouter quelques autres mots. Son domaine de prédilection est la spiritualité. Et ce que j’apprécie dans les productions d’Alain est cette volonté de toujours aller au bout du bout de l’analyse de chaque sujet dont il se saisit. Il appelle à chaque fois au débat, et la qualité de l’argumentaire qu’il développe, la manière dont il s’y adonne, sonnent comme un avertissement : il faut avoir de la bouteille pour se mesurer à ses idées. Il tient un deuxième blog sur la plateforme Medium, qui fait partie de Scriib.es, un collectif d’auteurs africains dédié à l’écriture pour l’évangile.

Ce que j’aime : son érudition, je pense l’avoir déjà dit.

L’article qui m’a scotché : Soyons intentionnels, ou qu’est-ce que le flirt ?, dans lequel il explique la raison pour laquelle le flirt est une mauvaise chose du point de vue chrétien.

Alain Didier est actif sur Facebook, Instagram et Twitter.


Akeelah

Fady Bello, Dakar

C’est une exploration dans la tête d’une jeune femme qui se pose beaucoup de questions sur la vie et sur sa propre condition. Qui doit-elle être ? Doit-elle se conformer aux dictats que la société impose à chacun de nous et à fortiori aux femmes, qui sont généralement plus contraintes que les hommes ? Et puis, est-ce normal qu’elle ait de temps à autres besoin de cette solitude, de s’éloigner de tout et parfois d’elle-même ? Akeelah est un lieu qui sert d’exutoire à cette personnalité toute en contrastes, c’est-à-dire forte et fragile, décidée et incertaine, si entourée et quelques fois si seule, éclatant parfois de colère malgré une tranquillité caractérisée. Fady passe le temps à s’interroger, à interroger la vie. Et c’est savoureux.

Ce que j’aime : sa grande sensibilité et la noblesse de ses combats.

L’article qui m’a scotché : L’heure est à la délivrance

Tu l’auras compris, Fady est un esprit versatile. Avec un peu de chance, elle aura réactivé son compte sur Twitter.


Alexandre « Xtincell » D

Alexandre Djengue, Douala

Alexandre est un infographiste de talent qui réside à Douala, au Cameroun. Nos chemins se sont croisés trois ou quatre fois et c’est un jeune homme énergique, qui transpire la passion pour son métier. L’un des outils dont il se sert pour communiquer cette passion est un blog sur Medium, qu’il alimente – de manière plutôt sporadique, avouons-le – depuis 2017. Mais la qualité de ses productions ne s’est jamais démentie. Elles sont chacune de véritables pépites pour les créateurs graphiques en herbe ou confirmés qui ambitionnent de développer leur activité dans l’environnement camerounais, qui est loin d’être avare en incertitudes et en aléas. Xtincell est un Otaku de la création graphique, dont les mantras sont l’originalité et l’autodidactisme.

Ce que j’aime : sa passion et son inaccessibilité, caractères propres aux grands talents.

L’article qui m’a scotché : les Noirs dans les Mangas, blague ou (r)évolution ?, publié sur son ancien blog Geek de brousse.

Alexandre donne des leçons sur Twitter et sur Facebook. Il expose son œil particulier de photographe sur Instagram.


Aristopathe

Patrick Epée, Johannesburg

C’est un dandy qui a l’œil rivé sur la mode, les modes qui ont pignon sur rue à Douala. Il a un langage corrosif embaumé dans un humour qui n’a rien d’innocent. Patrick sait être un critique acerbe, mais toujours juste, d’une certaine catégorie de population de la ville. Celle qui court les endroits à la fois inaccessibles et trop en vue, où on peut rencontrer la jeunesse dorée. Celle dont le blogueur aime à décortiquer les habitudes, les grandeurs, les travers, le vocabulaire, les dits, les non-dits. Cette sorte de bulle hors-sol, mais quelque part très ancrée dans la réalité qui l’environne.

Ce que j’aime : l’autodérision de l’auteur, ainsi que le parfait maniement de la langue.

L’article qui m’a scotché : Le règne de l’éphémère

Patrick propage la bonne parole sur Twitter.


Being Missjemenfoue

Samantha M., Yaoundé

Je ne suis pas très porté sur la mode. C’est un euphémisme. Mais ce blog, je l’aime, sans pouvoir dire exactement pourquoi. Est-ce la personnalité détonante de la blogueuse qui essaye elle-même différentes toilettes ? Est-ce l’élégance de ses parures ? Sont-ce les photos d’une grande qualité qui donnent ce cachet si particulier à ce blog ? Est-ce parce qu’il est l’un des rares que j’ai pu identifier sur place et rédigés par une blogueuse mode ? Je ne saurais vraiment le dire.

Ce que j’aime : je ne le sais pas vraiment. J’aime ce blog et c’est amplement suffisant.

L’article qui m’a scotché : Qui dit week-end dit legs out

J’ai découvert Samantha sur Twitter.


Dawn Of The Soul

Messy Dawn, Yaoundé

En 2019, après 5 ou peut-être 6 ans sans donner de nouvelles, cette grande gueule auparavant très connue sur Twitter a refait surface. La blogueuse est revenue avec une idée très claire : mettre au jour, par ses textes, les problèmes liés à la dépression, qu’elle a manifestement connue. Dans son blog (et sur son podcast) Messy s’applique à démonter le négationnisme ambiant sur ce mal qui pourtant touche beaucoup de monde sous nos tropiques. Le fil directeur de sa parole est que chacun devrait prendre le temps d’écouter son esprit et son corps.

Ce que j’aime : sa verve jamais prise à défaut, son écriture froide et extrêmement précise. C’est une poétesse des temps modernes. Grande gueule, engagée.

L’article qui m’a scotché : 30 ans et célibataire, mais pas en attendant.

Messy Dawn est sur Facebook et sur Twitter.


Digressions

Anne Marie Befoune, Dakar

Cette blogueuse de talent est un précurseur. En effet, elle s’est fait connaître dans le domaine du blogging en lançant le blog citoyen et collaboratif Elle Citoyenne, auquel divers auteurs issus de la sphère subsaharienne ont participé. Aujourd’hui, la blogueuse s’est focalisée sur Digressions, qui est un blog exemplaire en termes d’esthétisme, tant dans le choix des sujets, de l’écriture, de l’agencement des idées que de la présentation de l’ensemble. Digressions parle de l’Humain qu’Anne Marie est, dans toutes ses strates, sa complexité et même ses contradictions. Ce blog est le centre d’un écosystème dans lequel gravitent un podcast, une lettre d’information et des formations.

Ce que j’aime : les thématiques abordées, le design épuré du blog et la qualité de l’écriture.

L’article qui m’a scotché : Oui, je vous juge tous autant que vous êtes !

Anne Marie partage ses innombrables lectures et son goût pour le minimalisme sur Instagram.


Dr. K

Kaya Alana, Shanghai

C’est une curieuse coïncidence : être une chercheuse en virologie en Chine en pleine pandémie mondiale du Covid-19. Mais impossible de savoir, en lisant son blog, si cette jeune scientifique camerounaise travaille sur ce virus qui n’a eu besoin que de quelques semaines pour irrémédiablement changer la face du monde. Kaya Alana laisse de côté son travail et préfère raconter sa vie dans la cité économique chinoise. Sur son blog présent sur la plateforme Mondoblog, la jeune femme explore le décalage entre sa vision du monde, ses habitudes d’Africaine et les us du pays qui l’accueille.

Ce que j’aime : le rappel de son ancrage à Douala, malgré les douze mille kilomètres qui la séparent de la ville.

L’article qui m’a scotché : Black Lives Matter In China.


Gribouillis et gazouillis

Cassandra E., Paris

Au début de l’année 2015, une jeune femme a l’idée de créer un espace d’expression pour aborder les questions liées à la maternité, à sa maternité. Au moment de la venue au monde de sa fille, Cassandra se trouve au milieu de la vingtaine. C’est-à-dire plutôt jeune pour être mère, si on tient compte des habitudes courantes dans son pays d’adoption. ce blog lui a permis de remettre quelques points sur les « i » face à la quantité d’observations qu’elles recevait du fait de son statut. Au fil des années, il est devenu un endroit où s’exprime les envies, les inquiétudes, les rêves et les doutes d’une mère. Mâtiné de tendresse, il est aussi le lieu de l’authentique expression de l’amour d’une mère pour son enfant.

Ce que j’aime : l’amour maternel qui suinte de chaque mot sur ce blog.

L’article qui m’a scotché : Je suis une bonne mère

Cassandra et son bébé se baladent sur Instagram. Et sur Twitter, quand on la cherche, on la trouve.


iamfotso

Fotso Fonkam, Yaoundé

J’ai eu un moment d’hésitation entre ce blog et celui qu’il tient depuis quelques années sur la plateforme Mondoblog. IAmFotso a fini par avoir ma préférence car il a une fonction précise : démontrer la compétence du blogueur dans les questions de développement web. En effet, le blog est dédié exclusivement à cette activité. Cela passe par des tutoriels, des conseils pratiques et les astuces. Le blog est très épuré. La couleur noire, symbole de sérieux et de fiabilité, y prédomine. Il est aussi l’interface par lequel le blogueur offre ses services en développement de sites Internet.

Ce que j’aime : l’harmonie de l’ensemble du blog.

L’article qui m’a scotché : Les réflexes à avoir pour sécuriser son site sur WordPress

Fotso est présent sur Facebook, Twitter et Instagram.


Kamer kongossa

Florian Ngimbis, Yaoundé

L’homme n’est plus à présenter. Il est probablement le blogueur camerounais le plus célèbre de la décennie qui s’achève. N’ayant pas sa langue dans sa poche, loin s’en faut, Ngimbis tacle à tout va, distribuant joyeusement ecchymoses et contusions. Il interroge la société camerounaise, dénonce les travers qui l’habitent et les fantômes qui la hantent. Il se sert d’un humour qui fait mal et de termes très terre-à-terre, pour que son message puisse être accessible à tout le monde. Ce qui le caractérise est une particularité rare : c’est un raconteur d’histoires hors-pair !

Ce que j’aime : il châtie les mœurs en riant.

L’article qui m’a scotché : Tour de magie dans un vol Camair-Co

Florian sévit sur Facebook et sur Twitter.


L’œil & le goût

Léonie B., Montréal

Il y a un an ou deux, au hasard d’une interaction sur Instagram, je suis tombé sur le compte d’une très ancienne connaissance. Nous étions au collège ensemble, mais je ne me souviens pas que nous ne nous soyons jamais adressé la parole. Sur son profil, il y avait le lien, sur lequel j’ai cliqué. L’œil et le goût est un petit blog que j’aime tout particulièrement. Il y est simplement question d’une maman solo qui raconte la préparation de son expatriation avec son petit garçon de la France vers Montréal au Canada. Ce carnet de bord a une tonalité positive qui fait réellement du bien.

Ce que j’aime : l’aspiration au voyage, au changement.

L’article qui m’a scotché : Pourquoi je décide de partir au Canada ?

Léonie partage sa joie de vivre sur Instagram.


Le mobile au kamer

Minette Lontsie, Douala

Ce blog est la référence dans le domaine de la téléphonie mobile au Cameroun. Il est l’œuvre d’une journaliste férue de technologie qui nous tient au fait des toutes dernières évolutions chez les opérateurs mobiles exerçant dans le pays. Tests de matériel, de forfaits, de réseau, rédaction de comparatifs, tout y passe. Le blog fait la revue de tous les bons plans dont peuvent profiter les abonnés, mais ne se prive pas de relever les pièges à éviter. Il se livre quelques fois à une critique acerbe de certaines des pratiques des opérateurs, ce qui lui vaut de temps à autres quelques bisbilles avec les entreprises concernées.

Ce que j’aime : le professionnalisme à tous les étages, la spécialisation et l’écriture de type journalistique, qui octroient à ce blog une grande crédibilité.

L’article qui m’a scotché : Les applications mobiles camerounaises à la conquête du marché de la messagerie instantanée ?

Minette est présente sur Facebook et sur Twitter.


Lepus Timidus

Frank Loïc, Paris

Quand je lis Frank Loïc, j’ai toujours sur la langue cette saveur douce-amère qui remonte depuis la classe de terminale, quand je découvrais la philosophie. Malgré ses efforts que je devine immenses pour mettre ses textes à la portée du commun des mortels, il arrive qu’il se perde complètement dans un jargon inaccessible. Le blogueur est un philosophe, qui a la particularité de se saisir de l’actualité camerounaise et de la faire léviter. Son geste est toujours le même : distribuer les bons et les mauvais points à chaque camp pour ensuite les laisser repartir dos à dos. Ce que ce blogueur permet de comprendre est qu’il est absolument nécessaire d’aborder tous les faits du quotidien sous le prisme de la philosophie et de l’anthropologie.

Ce que j’aime : ce blog me fait sortir des sentiers battus

L’article qui m’a scotché : Twitter 237 : l’éternel conflit de valeurs (il faut absolument trouver 20 minutes pour lire cet article).

Retrouve Frank Loïc et ses envolées professorales sur Twitter.


Lotin Corp

Henri Lotin, Douala

Henri est un chantre de l’entrepreneuriat. Mais attention, pas un entrepreneuriat à tout prix, nourri d’incitations véhiculées par des publications sponsorisées sur les réseaux sociaux. Henri milite pour une mesure réaliste des risques. Sur son blog, celui qui au civil est designer graphique, parle aussi beaucoup de son métier, pour lequel il a une véritable passion. Enfin, c’est un féru de lecture, qui partage régulièrement des synthèses et des comptes rendus des ouvrages qu’il dévore par volumes entiers.

Ce que j’aime : son activisme pour un entrepreneuriat réaliste et responsable.

L’article qui m’a scotché : Pourquoi les freelancers moins expérimentés gagnent plus d’argent que vous (et comment y remédier)

Henri est très actif sur Facebook (et un chouïa moins sur Twitter).

Il existe depuis 2017 une Association des Blogueurs du Cameroun (ABC). Elle compte à ce jour une quarantaine de membres. Pour toutes les infos utiles et pour y adhérer, une seule adresse : www.blogueurs.cm.

Image d’en-tête : Tyck, via Iwaria.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.